Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mes BB K-L1

Certains vieux adages disent : 

Ne le porte pas trop, tu vas en faire  un capricieux...

Ne l'endort pas dans tes bras, tu vas lui faire prendre de mauvaises habitudes...

Ne le met pas trop au sein, tu vas devenir son doudou...

 

Pour l'Aînée, je croyais à tout ça.

Au début...

 

Je ne voulais pas trop la porter... Des fois qu'elle devienne capricieuse.

Je ne l'ai jamais (ou si peux de fois...) endormi dans mes bras... Des fois qu'elle prenne de mauvaises habitudes.

Je ne la mettais au sein que pour manger... Des fois que je me transforme en doudou géant.

 

Alors même si elle hurlait pour une tétée, un câlin ou je ne sais quel besoin, du moment qu'elle avait bu et qu'elle était propre, je ne la prenais pas. J'essayais de la calmer... sans grande réussite.

Elle pleurait... tellement...

 

Je n'avais pas compris, au début, qu'une maman c'est vital, qu'un câlin est aussi nécessaire qu'une tétée et que rien ne remplace ce contacte peau à peau.

Je pensais qu'ils disaient vrai, ces adages. Je croyais...

Pourtant elle pleurait, toujours.

Elle devait, sans doute, être capricieuse. Elle devait avoir de mauvaises habitudes, c'est sur.

Mais heureusement, elle ne me prenait pas pour son doudou !

 

Pourtant, elle devait avoir un truc ! Elle pleurait tellement...

 

J'ai chercher des solutions à ces pleurs...

J'ai appris à allaiter. J'ai compris que mes seins ne fournissaient pas que du lait mais qu'ils servaient aussi de tétines, de doudous, de verre d'eau...

Mes seins avaient donc d'autres fonctions que nourrir. Ils hydrataient, ils réconfortaient, ils rassuraient, ils permettaient d'assouvir ce besoin intense de succion (où de câlin ???) et surtout, ils nous permettaient de recréer ce lien que nous avions tissée pendant 9 mois, ce lien qu'on nous avait déchiré...

 

Ma fille pleurait car elle me voulait. Elle avait besoin des câlins de sa maman.

Mais les seuls câlins, qu'elle me faisait, étaient toujours accompagnés d'une tétée. J'avais tellement peur d'en faire une "enfant-sangsue" que je nous refusais ces moments si doux que sont de simples câlins. Je nous les ai refusés dès les premiers jours... 

 

Alors pour goûter aux plaisirs des "vrais" câlins de ma poupette il a fallut que je l'attende... Un peu plus d'un an, c'est long... 13 mois et demi avant que ses petits bras n'entourent mon cou, avant de sentir son corps s'abandonner dans mes bras... Ça me faisait mal de ne pas avoir de câlins, moi, sa maman.

Ce premier câlin... Aussi intense que la première tétée...

Depuis ce premier câlin, je me suis promis de ne jamais plus lui en refuser...

 

 

Pour BabyCadet, hors de question que ça recommence !

Ces vieux adages ne faisant plus parti de ma conception de la maternité, il n'y avait pas de raison de réitérer.

Pour BabyCadet, j'ai suivi mon instinct...

J'ai répondu à ses besoins sans me torturer, sans le torturer, surtout.

Pour BabyCadet, j'ai profité des premiers instants, de chaque instant...

Il a été porté, beaucoup porté...

Il a eu ses tétées à la demande, toujours...

Il s'est endormi dans mes bras chaque soir, à chaque sieste...

 

J'ai fait tout le contraire de ces vieux préceptes, et j'ai bien fait !

 

Mon doudou, il ne pleure pas, quasiment pas.

Il n'est ni capricieux ni sauvage. Il est trop cool mon baby et pourtant je l'ai porté et le porte encore...

 

Mon p'tit homme, il s'endort aussi bien dans mes bras qu'il s'endort tout seul dans son lit.

Il n'a pas prit de mauvaise habitudes...

 

Mon loulou, il a tété autant qu'il voulait et il tète toujours autant.

Il n'a ni doudou, ni tétine. Je n'ai pas l'impression d'être son doudou, j'ai juste le sentiment d'être sa maman...

 

Mon BabyCadet, il est calme et il est serein.

Mon doudou, il adore aller de bras en bras et faire des sourires.

Mon p'tit homme, il fait trop de câlin et ça j'adore !!!

 

J'aime tellement quand, comme ça d'un coup, il pose sa tête dans mon cou et sa main sur mon épaule. J'aime quand il s'abandonne à mes bras protecteur le regard rêveur. J'aime le sentir là, tout contre moi, rassuré...

 

Nos câlins, on ne peut plus s'en passé... C'est fini (ou plutôt ça commence)...

On carbure au câlin du matin, on se dope au câlin du soir...

Et les câlins à 4... Hummm... C'est notre came !

 

P1090160.JPG

 

 

 

 

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marie

Maman de trois enfants {I. 6 ans, M. 3 ans, E. 18 mois } passionnée par l'éducation positive et respectueuse, je partage ici mon quotidien de bretonne sur le chemin de la non violence éducative. Vous y trouverez aussi tous plein de petits bonheurs, mes coups de cœur et tout ce qui ponctue mon quot
Voir le profil de Marie sur le portail Overblog

Commenter cet article

Ca y est nous sommes trois 23/04/2013 13:36

Tu as bien raison !!! Et c'est très émouvant de lire ce billet je m'y retrouve totalement. Laissons de côté toutes les remarques...qui sont énervantes et agaçantes, j'ai même eu le droit si tu la
laisses pas pleurer elle ne fera pas ses poumons...ben oui biensûr...

A la mere si 25/10/2012 23:07

Et vous avez bien raison !
C'est con ce qu'on peux se pourrir la vie au premier bébé avec des préceptes à la con, j'ai fait pareil. Et là, je ne me pose plus de question et je n'écoute plus les remarques... Wouh, c'est
reposant !