Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Et si je devais avoir un césarienne...

Je voudrais ne pas y penser, mais elle plane au-dessus de ma tête.

Je tente pourtant de l'éloigner le plus possible de mes pensées, mais je sais que les risques de repasser sur le billard sont plus nombreux pour une maman à l'utérus cicatriciel.


Avec J, on a abordé mes peurs. Elle en fait parti, cette césarienne.

J'ai tellement peur de me retrouver dans cette situation que j'ai connue pour l'Aînée...

Alors, j'ai décidé d'avancer avec elle. De ne pas l'ignorer, de construire mon projet avec une possibilité de finir le ventre ouvert... Une infime possibilité...

Cet accouchement me tient tellement à coeur que j'espère ne pas demander un transfert là-bas mais, on ne sait jamais... 

Et si tout ne se déroulait pas de façon physiologique...

Et si je devais partir en urgence pour une césarienne...

 

 

Si césarienne il doit y avoir, je voudrais la vivre comme on vit un accouchement.

Je voudrais la présence de Chéri. Je voudrais au moins pouvoir croiser son regard qui me rassure. Je ne veux pas être seule. Non, surtout pas seule ! Je voudrais pouvoir lui serrer la main.

Je voudrais que cet accouchement soit vu comme une naissance et non comme une simple opération.

Je voudrais qu'on me parle. Je voudrais qu'on me narre chaque geste pratiqué pour faire naitre mon fils.

Je voudrais savoir ce qui se passe derrière le champ stérile pour pouvoir accompagner mon enfant dans sa naissance par la petite porte.

Je voudrais qu'au moment de sa sortie, ce champ stérile soit baissé.

Je voudrais du silence et une lumière tamisée pour ce tinstant unique.

Je voudrais pouvoir capter le regard de Chéri et lui serrer la main très fort avant de voir apparaitre ce petit être que nous avons fait.

Je voudrais pouvoir accompagner sa première bouffer d'oxygène d'une poussée symbolique.

Je voudrais que le personnel médical vive cette césarienne comme une naissance.

Je voudrais que mon bébé soit manipulé délicatement avant de m'être présenté.

 

Je voudrais qu'à cet instant on me détache les bras. Je voudrais pouvoir le serrer contre mon coeur.

Je voudrais pouvoir l'embrasser et sentir le regard de mon homme sur nous.

Je voudrais que mon homme vive cette naissance et versent ces larmes de bonheur qu'il n'a pu verser pour L'Aînée.

 
Je voudrais qu'il soit près de notre enfant lors des premiers soins qu'il aura.

Je voudrais qu'il puisse le rassurer, lui parler, le caresser.

Je voudrais que le personnel médical lui laisse sa place de père dès les premières secondes de vie de notre enfant.

Je voudrais que seul mon Mari le porte. Je voudrais que seul mon Chéri l'habille.

 
Je rêve même de ne pas être séparé d'eux...

 
Je voudrais que mon mari m'accueille avec notre fils dans ses bras à ma sortie du bloc.

Je voudrais pouvoir porter mon fils, l'embrasser, lui expliquer et le rassurer.

J'aimerais que cet instant se passe ailleurs qu'entre deux portes.

Je voudrais prendre le temps de le découvrir sans qu'on nous presse.

 
Je voudrais que mes deux hommes puissent faire un peau à peau dans un endroit calme et qu'aucune intrusion ne vienne gêner leur découverte mutuelle.

Je voudrais tout savoir même en étant en salle de réveil.

Je voudrais les rejoindre rapidement.

Je voudrais, enfin, lui donner ce sein qu'il attendra...


Et enfin, cet instant sera passé.

Et enfin, nous pourrons commencer notre nouvelle vie.

 

 

J-30

 

P1150075gdc.jpg

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marie

Maman de trois enfants {I. 6 ans, M. 3 ans, E. 18 mois } passionnée par l'éducation positive et respectueuse, je partage ici mon quotidien de bretonne sur le chemin de la non violence éducative. Vous y trouverez aussi tous plein de petits bonheurs, mes coups de cœur et tout ce qui ponctue mon quot
Voir le profil de Marie sur le portail Overblog

Commenter cet article

alice 11/02/2014 21:55

je crois que tu dois en parler à l'équipe médicale de ta maternité..
j'ai vécu deux césariennes programmées et même si j'étais seule, c'était tellement rapide que pas de traumatisme en vue ;)
j'ai embrassé mes deux fils dès qu'ils sont sortis de mon ventre, leur papa les a accueillis et je les ai rejoints, nous sommes restés en salle de réveil tous les trois, bébé collé à mon sein,
seulement 15 minutes après l'"opération".
Bien sur je ne saurai jamais comment on aide son enfant à venir au monde, comment on le fait sortir de soi etc, mais je n'ai pas eu le choix, il y a 100 ans, nous serions morts surement sans
césarienne.
Alors j'ai vraiment "travaillé" sur l'acceptation de cette naissance passive, aujourd'hui je ne peux pas dire "j'ai accouché" mais on a fait sortir bébé.
Les années passent, je n'en ai aucun regret parce que je n'ai loupé aucune seconde des 9 mois qui ont précédé, et des 5 et 2 ans qui ont suivi ;)