Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Elle est passée où ?!?

C'était une nana. 

Une nana comme tant d'autres, une nana pas comme les autres, une nana parmi les autres. 

Une nana avec un emploi qui lui offrait un avenir professionnel des plus vastes.

Une nana qui sortait tout le temps, beaucoup ; elle adorait ça.

C'était une vraie gonzesse qui passait un temps incroyablement long dans sa salle de bain.

Une gonzesse qui avait plus de 50 paires de chaussures.

Une gonzesse qui avait tellement de fringues que son armoire ne suffisait plus.

Une gonzesse qui collectionnait les accessoires tendances, les sacs à main et les lunettes de soleil.

C'était une fille comme toi, comme elle ou comme elles...

Une vraie fille qui fait des caprices et qui obtient toujours ce qu'elle veut.

Une vraie fille qui existait.

Une vraie fille qu'on regardait.


 

Mais elle a disparu...

 

 


Elle s'est perdu entre des couches et des doudous, là, quelque part dans son antre bretonne.

Elle a disparu sous des piles de linge et des recettes de cuisine.

Elle s'est volatilisé sans vraiment s'en rendre compte, jusqu'à disparaitre pour le bonheur des siens.

Mais pourtant elle est là, semblant solide comme un roc, sure d'elle et heureuse.

Elle est là mais ce n'est plus vraiment elle...


 

Non, elle n'est plus elle. 

 

 

Elle a été maman une fois.

Une fois, ça ne fait pas grand-chose. Enfin, si, ça fait beaucoup mais ça ne fait qu'un. Un premier chamboulement pour mieux se retrouver.

Rien n'avait vraiment changé avec un.

Elle pouvait toujours espérer une carrière professionnelle.

Elle pouvait toujours flâner dans les boutiques.

Elle pouvait se garder du temps à elle.

Elle pouvait être mère, être fille, être-femme, elle pouvait même être folle parfois !

 

 

Elle a été maman deux fois.

Deux fois, c'est un peu plus qu'une fois. Deux fois, c'est deux fois moins de temps.

Tout avait un peu changé avec deux.

Elle a fait des choix pour ses deux.

Elle a pris des claques.

Elle s'est relevée.

Elle est restée un peu fragile.


 

Elle sera maman trois fois.

 Trois fois, c'est plus du tout pareil. Trois fois...

Tout va encore changer.

Elle va encore se donner corps et âme, nuit et jour.

Elle va se reprendre des claques.

Elle se relèvera.

Elle en sortira encore différentes.

 

 

 

Qu'elle soit maman une fois où trois fois, finalement, ça ne change pas grand chose ; d'une façon où d'une autre elle est passée du coté obscur, celui des mères.

Elle est devenue responsable, forte et forcement heureuse !

 

 

Quoi ? Elle ne le serait pas vraiment ???

Comment ça, elle a tout ! 

 

 

Nan, il lui manque quelques petites choses nécessaires à toutes les femmes qui se retrouvent mère au foyer par choix ou par obligation !

 
Tu sais ce qui lui manque ? 

 


UNE RECONNAISSANCE SOCIALE !

 


Parce que ce manque de considération de la mère au foyer détruit à petit feu. Cette reconnaissance sociale, elle, disparaît sournoisement dans le mouvement incessant d'une société qui veut du profit, de l'argent, du résultat !

Elle croyait qu'elle pouvait faire des choix dans cette société où l'homme et la femme semblaient égaux.

Elle croyait qu'elle avait une place dans ce monde d'hommes, et elle croyait pouvoir la conserver en faisant le plus beau choix de sa vie... Donner de son temps, presque tout son temps, et une partie de son être à ses enfants, futurs acteurs du monde de demain.


Elle s'est trompée !


Elle s'est planté en beauté !

 
En choisissant de devenir mère à plein temps, elle a seulement chaussé les pantoufles de sa grand-mère qui n'avait pas eu l'autorisation de son mari pour ouvrir un compte postal.

Elle n'est plus monnayable, elle n'est plus profitable, elle n'est plus active, elle n'est rien qu'une ménagère bonne à nettoyer sa baraque, à torcher ses gosses et à faire à bouffer. 


Pourtant à l'école elle était la première de la classe devant les garçons ; elle a joué au rugby avec les garçons même quand elle avait ses règles ; elle a fait des circuits électriques en techno sans que son porte-clé lumineux soit différent de celui des garçons ; elle a fumé, comme un garçon, des cigarettes et des pétards ; elle s'est amusé à faire des burns avec sa R5, se décrochant le même boyau de rigolade que son cousin ; elle a bu des litres et des litres de rhum en trinquant avec les mecs ; elle a bossé comme une dingue pour un boulot qu'elle adorait, étant aussi efficace qu'un homme...


Elle a été l'égale des mecs jusqu'à ce qu'elle fasse travailler ses ovaires.

 
D'un coup elle a été reléguée derrière, à la place des bonnes femmes des années 50.

 

 

Elle est pommée entre le ving et unième siècle et les années 50.

Elle croyait qu'aujourd'hui, il n'y avait plus vraiment de différence entre les filles et les garçons. 

Elle croyait que cette égalité homme-femme lui permettrait d'avoir de choix.

Elle croyait que devenir mère ne changerait rien à cette parité, égalité, ou ce que vous voulez, mais elle y a cru dure comme fer !

Elle croyait que son choix d'être présente auprès de ses enfants les premières années de leur vie ne changerait rien...

Elle y croyait vraiment.

 


Finalement, elle s'est rendu compte de la supercherie : l'homme et la femme sont encore loin d'être égaux. Pas seulement au travail, à la télé ou au gouvernement, mais partout, tout le temps aussi bien dans nos familles que chez nos amis, sous notre toit aussi, mais surtout dans nos têtes.

La femme a voulu la liberté, elle l'a eu. Elle a voulu l'autonomie, elle l'a eu.

Mais à quel prix ?

Le prix à payer est de ne plus avoir vraiment de choix de sa vie. Pour continuer d'exister sur cette place pleine, elle doit tout faire pour être l'égal en façade mais aussi chez elle. Elle doit prouver qu'elle vaut quelque chose, elle doit bosser avant tout. Elle est enfermée dans une belle parodie qui n'est que chiffres et course perpétuelle. Elle doit tenir sa tête haute pour celles qui se sont battues pour elle, avant. C'est difficile. L'égalité s'entretient. Dès qu'elle quitte les rangs, elle n'existe plus... 

 Il paraît même qu'elle trahit. Malheur à elle si elle choisit de n'être qu'elle, de n'écouter que son coeur et non pas certains discours de féministes qui la dise esclave de son statut de mère et réfractaire à cette égalité.


Pffffffffffffff...

 

C'est si difficile.

Alors elle disparaît peu à peu derrière les siens.

Cette place sans véritable place l'écrase, l'enfonce dans un quotidien des plus difficiles, aussi bien moralement que physiquement mais elle n'a pas le droit de se plaindre, elle ne peut pas se plaindre, elle ne bosse pas, elle a du temps libre !

Un temps libre incroyablement absent, oui !

Elle n'a plus le temps d'être vraiment elle, celle qu'elle était avant... Elle voudrait, pourtant, elle s'y attache même à cette idée de garder du temps pour soi.

Mais elle est perdue, là, au milieu des cette société qui ne lui permet pas vraiment d'exister, où pour briller il faut monnayer, produire, payer, étaler...

 

 

Elle ne veut pas disparaitre, pas maintenant, pas si tôt !

Elle a encore beaucoup à faire au sein de cette société.

C'est une mère.

Une mère comme tant d'autres, une mère unique, une mère comme elles.

Une mère qui veut se battre pour ses choix, et pour leur choix.

Une mère qui veut avoir le droit de prendre trois ans complets de congés parentale si elle le souhaite sans pour autant se sentir exclue.

Une mère qui veut avoir le droit de choisir de vivre son accouchement comme elle l'entend.

Une mère qui veut avoir le choix d'allaiter, ou pas, mais aussi la liberté d'en parler sans culpabilité aucune.

Une mère qui veut avoir le droit d'avoir le choix de n'être qu'une mère sans pour autant perdre cette égalité sociétale.

Une mère qui veut avoir le droit de ne penser qu'à elle, même si elle ne bosse pas.

Une mère qui voudrait être cette femme qu'elle pensait pouvoir être en 2013.

 

 

Au fait, elle est passé où ?

Elle n'a pas disparu... Elle a simplement fait le choix d'être mère au foyer.

 

 

 divers-0041.jpg

Rendez-vous sur Hellocoton !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marie

Maman de trois enfants {I. 6 ans, M. 3 ans, E. 18 mois } passionnée par l'éducation positive et respectueuse, je partage ici mon quotidien de bretonne sur le chemin de la non violence éducative. Vous y trouverez aussi tous plein de petits bonheurs, mes coups de cœur et tout ce qui ponctue mon quot
Voir le profil de Marie sur le portail Overblog

Commenter cet article

Maman à l'Ouest ! 04/12/2013 21:52

Dur dur de trouver sa place... on a envie d'être tellement ! Ton texte est magnifique, il m'a beaucoup touchée, bravo !

Itmapie 13/12/2013 08:33



Merci Maman à L'Ouest

Laetitia C 03/12/2013 16:22

Bel article. Mais être un mec est-il plus facile?

Itmapie 13/12/2013 08:34



Ta question a soulevé un vrai débat !


Etre mec, c'est certainement pas plus facile...


A bientot Laetitia