Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Bienveillance ne veut pas dire laxisme

Non, non, et non !!!

 
Il est important de ne pas faire d'amalgame !

Quand des parents font le choix d'une éducation bienveillante et positive pour leurs enfants, ils sont loin, très loin, de baisser les bras, au contraire, je dirais même qu'ils retroussent leurs manches pour ce lancer sur un chemin des plus difficiles...

 

 

Je me rends compte, au fils de discussions avec mes proches, que beaucoup font un amalgame entre la bienveillance et le laxisme.

Ils sont encore trop nombreux à croire que pour être bien élevé il faut de la fessée, de l'autorité, de la menace et de la sanction.

Ils sont encore trop nombreux à penser que le parent qui fait le choix d'une éducation non violente ne fera de sa progéniture qu'une vulgaire racaille, qui crachera sur les flics et finira en prison, à la charge du contribuable.

Ils sont tellement nombreux à croire que la violence amène le respect...

 

 

Quand on prend le chemin d'une éducation bienveillante et non violente, on le fait d'une manière réfléchit. On a étudié la question, on l'a buchée comme on bucherait pour le bac, on a emmagasiné une quantité de livre sur le sujet... Bref, la bienveillance ça s'apprend, comme être parent !

 

 

 

Parce que ce n'est pas inné d'être parent !

 
C'est tellement difficile de donner le meilleur à son enfant tout en voulant correspondre à cette image que la société veut que nous renvoyions. C'est beaucoup trop difficile d'être un parent parfait...

 C'est même impossible, non ?


Je me suis rendu compte qu'il y avait plusieurs écoles mais qu'au départ nous sommes tous sur la même ligne.

On se retrouve, un jour, comme ça, avec le plus beau des bébés dans les bras et... démerde-toi !

On lui donnerait tout à ce bébé, mais il y a "on" et ses phrases toutes faites qui lui ont fait oublier que lui aussi, un jour, il s'est retrouvé à ta place, pommé entre les conseils d'un pédiatre, d'une grande tante et d'une belle-mère. Pourtant ce bébé tout neuf, on serait prêt à lui donner notre vie... Puis il grandit et les "bons" conseils des gens normaux fusent... De partout, tous différents, tous accusateurs, tous déstabilisants !

Et te voilà, jeune parent avec un gosse qui pleure à t'en arracher les tripes.

Et là, tu fais quoi ?

Ben soit tu écoutes les conseils des anciens normaux... soit tu écoutes ton coeur.

 

 

Il me semble que les parents choisissant la bienveillance se mettent à écouter leur coeur comme ils ne l'ont jamais fait auparavant. Ils apprennent d'abord à se faire confiance à eux et à leur enfant, ils apprennent à écouter ce bébé qui braille, ils apprennent à l'apaiser par de simples choses et surtout, ils acceptent de faire une petite balade dans le passé qui bien souvent les emmène vers LA remise en question de leur vie.

Enfin, il me semble...

 

 

C'est tout un cheminement qui ne se fait pas en un jour.

C'est une bataille de tous les jours avec soi-même.

C'est des victoires mais aussi beaucoup de défaites.


 

 

Choisir la bienveillance et l'éducation non violente, ce n'est pas parler sans fin à un enfant qui, les talons tournés, court faire ce qu'il ne faut pas.

Choisir la bienveillance et l'ENV, c'est comprendre que Rome ne s'est pas fait en un jour...

Choisir la bienveillance et l'ENV, c'est se mettre à leur place un peu plus souvent qu'à l'accoutumé...

Choisir la bienveillance et l'ENV, ce n'est pas s'oublier pour l'enfant, c'est vivre ensemble en prenant compte des besoins de chacun : père, mère et enfants...

Choisir la bienveillance et l'ENV, c'est accepter tout simplement de n'être que le fruit d'une société basé sur le patriarcat comme tous les autres parents et vouloir changer ça pour son enfant...

Choisir la bienveillance et l'ENV, c'est préférer baser cette éducation sur la confiance et la considération de chacun plutôt que de la baser sur la peur et l'autorité.

 

 

 

Bien souvent "on" me rétorque que ce n'est pas les arranger de ne pas vouloir les élever sur le schéma classique de l'éducation patriarcale que la tradition voudrait. Je ne suis pas d'accord. Je préfère apprendre à mes enfants à être au-dessus de ce système où chacun fait en fonction de la sanction qui tombera derrière.

 Je préfère qu'ils apprennent à agir selon leur réflexion et non pas par peur d'une amende.


J'aime utiliser l'exemple de la conduite et des limitations de vitesse. 

Sur les routes pratiquement personne de conduit aux vitesses préconisées, ou plutôt autorisées, sauf quand un radar de contrôle de vitesse est placé sur le bord de la route. Là, l'automobiliste réglera sa vitesse sur la limitation autorisée par crainte d'une amendeCertes ce contexte permet une baisse de la mortalité due à la vitesse, mais cette solution du respect par la peur ne fait pas plus prendre conscience de la dangerosité de rouler à 110 km/h au lieu de 90. 

Et cet exemple n'est que le résultat d'un système imposant une éducation basée sur l'application de l'autorité par la peur, où dès que l'autorité redoutée tourne le dos, le dominé dépasse la limite imposant une sanction.

 

 

 

Voilà, ce que je ne veux pas enseigner à mes enfants.

 


Je préfère qu'ils aient conscience dès le plus jeune âge qu'on respecte les gens, les choses et certaines règles afin de permettre une vie en harmonie pour tous au sein d'une communauté. C'est peut-être utopique comme projet éducatif, mais j'aime à croire que si chacun mettait un peu plus de bienveillance et moins de crainte dans l'éducation qu'il donne à ses enfants, qu'alors peut être, notre société pourrait entreprendre un changement qui ne lui ferait pas de mal.


Alors oui, nous avons choisi d'élever nos enfants dans la bienveillance et sans violence physique ou psychologique mais ce n'est pas pour autant que nous abandonnons notre taf de parents, nous avons juste une vision différente de la façon dont nous allons aider nos enfants à prendre leur envol pour qu'un jour ils puissent quitter le nid en étant des adultes forts, confiants, respectueux et sereins qui n'agiront pas par mimétisme mais par acquit de conscience.

 

divers-0391.jpg

 

Pour aller plus loin : 

 

Les super parents

S comme C, le blog

Projet famille en harmonie

La maman du petit pois

Rendez-vous sur Hellocoton !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marie

Maman de trois enfants {I. 6 ans, M. 3 ans, E. 18 mois } passionnée par l'éducation positive et respectueuse, je partage ici mon quotidien de bretonne sur le chemin de la non violence éducative. Vous y trouverez aussi tous plein de petits bonheurs, mes coups de cœur et tout ce qui ponctue mon quot
Voir le profil de Marie sur le portail Overblog

Commenter cet article

Elise 04/05/2015 07:26

Bonjour,
bravo pour votre article qui explique bien la vision et la position de parent bienveillant.
Les personnes qui ne le comprendront pas, voir qui seront contre d'une manière très "violente"(voir un commentaire plus haut), prouve qu'ils n'ont pas encore chercher à faire autrement et que ce mode de fonctionnement les dérange (car ils agissent de manière"traditionnelle" en répétant et reproduisant simplement ce qu'ils ont appris/vécu).
Mais si l'on veut évoluer vers le" meilleur", n'est-il pas bon de remettre tout ça en question.
Je me suis bien reconnue dans cet article car, en plus d'être parents bienveillants, nous sommes végétariens et grands fervents de la protection de l'environnement. Nous passons donc pour des hippies!!!
Nous sommes pourtant loin de l'être !

Je pense que le chemin sera long, mais que dans les années à venir, il y aura des changements significatifs qui apparaîtront au niveau de l'éducation (au sein de la famille mais aussi au niveau scolaire).
L'homme peut inventer de magnifiques machines en peu de temps parfois..mais reste une espèce qui aime bien restée ancrée dans ses petites habitudes de vie, même quand celles-ci sont stupides!

Donc, accrochons-nous et un jour, toutes les graines que nois semons germerons :-)
Bonne journée !

Anny 05/11/2014 10:15

Bonjour,

J'ai bien compris que vous être contre la violence envers les enfants. Mais en pratique, que faites-vous? Pouvez-vous être plus précis ou donner des exemples d'attitudes à avoir selon l'ENV et montrer les différences concrètes avec la "méthode dure"?

En effet, je note dans votre article des conclusions qui découlent du bon sens dans notre société actuelle, comme par exemple ne pas battre l'enfant quand il fait des erreurs. Mais vous ne donner pas de solutions alternatives non plus, à part nommer l'ENV. Peut-être les cherchez-vous encore?

Enfin, je pense personnellement que la bienveillance et l'autorité parentales vont de paire, surtout pendant les jeunes années de l'enfant. Le mot autorité ne doit pas sonner à nos oreilles comme un joug mais comme un support de protection pour l'enfant.

Bonne continuation!

Marie-Claire 01/05/2015 18:42

Je pense qu'ici, la prétention n'est pas de donner des outils ENV, mais simplement d'indiquer aux personnes qui pensent que l'éducation bienveillante c'est "l'enfant roi', qu'ils se trompent de vision. En effet, vous avez raison pour le bon sens, pourtant certains ont le bon sens des fessées, des claques et des menaces... Quant aux références ENV, personnellement j'ai pu m'inspirer entre autres d'Isabelle Filliozat, de Faber et Mazlish, et d'autres. Après, le bon sens et l'expérience sont de mise :-)

Emilie 04/11/2014 17:09

Très bel article et qui, effectivement, dit bien les choses : c'est bien plus difficile d'éduquer de manière bienveillante : on se remet sans cesse en question, on s'en veut quand (parfois, malheureusement) on parle plus fort qu'on l'aurait voulu, on réfléchit, on se creuse la tête pour trouver LA solution, en tous cas celle qui correspond à nos convictions et à nos enfants (et LA solution est différente pour chaque enfant).
Enfin bref un boulot compliqué mais que je suis fière d'exercer dans ces conditions ...
Bonne continuation.

pmf 04/11/2014 16:21

Bonjour et merci, ça fait du bien de lire un tel article ! Ouf, nous ne sommes pas les seuls ! Ouf, d'autres parents aussi sont aux prises avec les gens "normaux" (les adeptes de la règle, de la sanction, du respect par la crainte, etc.).
Merci merci merci !!!! Et bonne continuation (heu, bon courage aussi, hein !)

Birgit 14/11/2013 20:37

Bonjour, je trouve votre texte un peu creux et bien manichéen.
Fixer des limites à un enfant n'est pas de la "violence" mais de la bienveillance. Cela lui sert à trouver sa juste place au sein de sa structure familiale et au sein de la société.
Ramener les parents à des personnes violentes parce qu'elles cadrent leurs enfants (je ne parle pas de les frapper bien évidemment) est pour moi un propos bien plus violent que le fait d'indiquer à
un enfant qu'il doit obéir pour sa santé et sa sécurité. Tout ça évidemment en expliquant à l'enfant pourquoi on a fixé des limites et pourquoi il est puni s'il y a lieu.
Votre discours me semble aussi stupide que les gens prônant le tout autoritaire et le tout répressif.
Cependant votre discours "gnangnan" n'est pas sans me rappeler le milieu des Rainbows que j'ai brèvement fréquenté et qui m'a bien ennuyée. Je lui ai préféré l'autogestion des squats.
Je vous souhaite tout de même du bonheur.

Et putain le laius sur le patriarcat PITIE

Itmapie 15/11/2013 09:06



La prochaine fois, avant de laisser un commentaire aussi "creux" pensez à une relecture !