Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Avant j'avais des principes. Maintenant...

... Ben j'ai des enfants !

 

Avant, bien avant que mon corps soit colonisé par LE gamète mal de Monsieur, quand dans ma vie il y avait moi et... moi ;  dans ce temps là, j'avais plein, mais alors plein de principes éducatifs...

 

Avant, je pensais que le lait artificiel était THE BEST OF THE BEST, l'allaitement, je trouvais ça "trop dégueu" ! Je ne comprenais pas ces femmes qui montraient leurs seins. 

Que je puisse allaiter mes enfants ne m'effleurais même pas l'esprit, par contre je maîtrisais parfaitement le dosage du lait.

Un bébé dans les alentours, je mourrais d'envie de lui donner son biberon... Surtout si c'était un nouveau né.

 

Avant, je sautais sur un nouveau né dès sa naissance, j'adorais pouponner ces petites crevettes.

Une maman qui ne me proposait pas de porter son bébé, je trouvais ça aberrant.

Cette jeune maman, elle l'avait tous les jours son bébé, alors elle pouvait bien partager !

 

Avant je trouvais ça trop beau les méga-poussette-landau-3roues-tout-terrain, je ne pensais pas qu'on puisse déplacer un enfant autrement qu'avec ces magnifiques engins rutilant.

Les porte-bébé je trouvais ça trop miiignooon, surtout les petits bébés portés face au monde auxquels on pouvait faire des risettes.

Je m'imaginais déjà avec ma magnifique poussette me baladant sur la plage.... Même si ça n'arriverait que 2 fois.

 

Avant, je ne supportais pas les gosses remuant, je disais qu'ils manquaient de fessés.

Mes enfants, je les aurais maté bien comme il faut : une fessé, ça calme, pas besoin de charabia ! 

A la vue de parents dépassés par un terrible two, je pensais bien fort que ce gosse manquait de fessés... Encore un enfant roi !

 

Avant, je disais qu'il fallait imposer un rythme aux bébés, je pensais que c'était les parents qui devaient soumettre.

Un enfant devait dormir quand le parent l'avait décidé, et c'est tout !

Des parents qui imposaient un couché dans les pleurs, je trouvais ça normal... Certainement un caprice !

 

Avant, je disais qu'un bébé ça devait pleurer, que ça lui faisait les poumons.

Et surtout, il lui fallait une teuteute, une suce, une tute,... Un coupe batterie, quoi !

Ben oui, il fallait le laisser pleurer, tant qu'il était propre et qu'il avait bu c'était du cinéma, mais pas trop longtemps quand même, hein... Parce que ça casse les  oreilles ces petites bêtes là !

 

Avant, je n'imaginais même pas qu'on puisse dormir avec son bébé, trop de risque de l'écraser.

Et puis, c'est mauvais pour lui, il risquerait de prendre de mauvaises habitudes.

Une maman épuisée qui s'endormait avec son bébé... Je la disais insouciante.

 

Et puis, il n'y a plus eu que moi dans ma vie.

Nous étions deux. Deux grands enfants ignorants tout sur la parentalité mais avec une envie folle de faire un mini-nous.

Un +. Neuf mois. On va où ? On fait quoi ?

Nous nous sommes noyés sous les avalanches de conseils en tout genres et les cascades d'articles de puéricultures.

Pommés. Nous étions pommés. Aucune idée de là où nous allions.

Nous n'avions qu'un seul principe : minimiser notre passage vers cette nouvelle vie de parents.

 

Nous sommes devenus trois.

3kg160 qui nous ont changé la vie, qui nous ont ouvert d'autres horizons, qui ont fait de nous des parents.

 

Nous sommes devenu quatre.

2kg925 qui nous ont conforté dans nos choix, qui nous ont élargie cette horizon déjà si vaste, qui ont fait de nous une famille.

 

On a grandit, on a changé, on a testé, on a approuvé, on a détesté et on a choisit.

Ces premiers choix de parents qui peuvent être si difficile à faire...

Choisir sa propre voix de parents, écouter son coeur, son instinct sans se faire parasiter par les légendes urbaines et autres fables de marchands d'inutilité...

Nous avons finalement fait un choix, celui d'abandonner une bonne parti de nos principes et idées reçues. Nous avons choisit de suivre notre coeur, notre instinct ; de faire notre chemin perso, rien qu'à nous. Ce chemin qui nous convient, le notre, et pas celui qui convient au regard des autres.

 

Et du coup mes vieux principes de jeunes fille....

pppppppfffffffffffft  

Envolés !!!

 

Maintenant, j'allaite mon dernier né comme je l'ai fait pour l'Aînée.

Je suis sure de lui donner le meilleur et en suis tellement fière !

Le lait artificiel, j'ai du mal et je ne comprends pas que ce dernier soit la norme.

Des biberons de lait artificiel, ils n'en n'ont jamais bu. Aucune de ces poudres n'est entrée sous mon toit dans le but de me remplacer. 

 

Maintenant, j'ai mes bébés.

Les bébés des autres, j'adore les admirer mais je ne peux plus les prendre dans mes bras, me promener en les berçant, non, je n'y arrive plus. Je n'aime pas, ce n'est pas mon rôle de porter ce nouveau né qui n'a besoin que de sa maman. 

Je n'aime pas porter le nouveau né d'une autre, j'ai comme l'impression de rentrer dans leur bulle, de violer leur union, de ne pas être à ma place.

 

Maintenant, j'ai une mini poussette.

Mais j'ai surtout deux écharpes, un mei tai, et le dernier de la bande : un rebozo.

J'adore porter mes enfants tout contre moi tout en pouvant être libre de mes déplacement et mes mouvements.

Et je sais que porter un bébé face au monde c'est vraiment pas terrible...

La méga poussette, je ne l'ai jamais eu et je n'en voudrai jamais.

 

Maintenant, j'ai une petite fille de 3 ans.

J'ai passé la phase "terrible two", et j'ai été à la place de ces parents débordés par un gnome hurlant "Naaaan".

J'ai mis des fessés... Mais j'ai abandonné.

Éduquer par la violence, je n'en vois pas le sens. Ca soulage les nerfs à vif du parent énervé, mais ça transforme la confiance en crainte qui lève les bras quand on s'approche.  

Depuis que j'ai échangé les fessés contre l'observation de mes enfants, c'est tellement plus calme à la maison.

Moins de cri, moins de larmes, et tellement plus de câlin.

Le martinet n'aura pas sa place chez moi.

 

Maintenant, on est quatre.

On a pas vraiment de rythme, on suit le rythme de chacun en fonction des journées qui défilent.

Ça dort le matin, en début d'aprèm, en fin d'aprèm...

Ça veille le soir, ça se couche tôt...

Ils ne dorment que quand ils sont fatigués et ont des couchés tellement cooool !

 

Maintenant, je suis le doudou de mes enfants.

Pas de teuteute mais des seins et un pouce.

Pas de doudou mais des cheveux à tournicoter.

Tout est toujours dispo, du coup ils ne pleurent presque pas.

Pas de bébé hurleur à la maison mais des bébé hyper souriant et tout zen !

 

Maintenant, on pense qu'on va investir dans un king size.

Notre lit est le repert familliale.

On a cododoté les premiers mois.

On cododote toujours un peu, beaucoup, pas du tout, ça dépend des jours mais les réveils se font souvent à quatre dans le lit parental.

On adooooooooooore leur petites bouilles de pas réveillés, et puis aussi leur petites mains qui nous caressent les cheveux, leurs petits pieds tous chauds, les câlins d'amour, les tétés, les bisous baveux...

 

 

Avant, nous avions des principes. Maintenant, nous avons des enfants.

 

2012-20120915_140334.jpg

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Laetitia 17/09/2012 12:53

J'aurais pu écrire cet article! Moi aussi avant je pensais tout cela. Et mon fils est arrivé le 18 fevrier dernier, 3 jours après le votre. Mon petit chat est toujours allaité (et j'en ai eu des
commentaires!) et qui aime tant manger. Je l'ai beaucoup porté mon p'tit bébé. Qu'est ce qu'on a pu l'aimer notre écharpe jpmbb, au point qu'Adrien y faisait toutes ses siestes!Et puis il a
commencé à un peu moins l'aimer. Et ma p'tite crevette que je ne pouvais pas poser, me regarde à peine quand je le dépose chez le nounou aujourd'hui. Il fait ma fierté quand il joue seul et qu'il
sourit à tout le monde, donnant à chacun l'impression qu'elle est la personne la plus importante de sa vie (oui, mon fils sera politicien). Alors tout n'est pas rose: Adrien dort très mal, jusqu'à
des réveils quasiment toutes les heures. Pour notre entourage, l'allaitement (bien sur, il ne mange pas assez ce petit!), puis l'écharpe (il est habitué à être tout le temps contre contre moi.
C'est bizarre, mais j'ai pas l'air de lui manquer là, quand il joue tout seul sur son tapis d'éveil!), puis le fait que je ne l'ai jamais laissé pleurer (il s'exprime pas assez ce petit! ben
voyons)en ont été successivement la raison. Nous, on est trop fatigué pour y réfléchir. Alors il finit souvent dans notre lit (ce qui ne l'empèche pas de se réveiller, mais j'ai moins
d'Aller-retour à faire). On a cherché, essayé, cru trouver. On s'est disputé et puis on a accepté. Dur dur d'être parent :) Je me reconnais beaucoup dans tes articles, comme certainement beaucoup
de mamans. Un peu (beaucoup) perdues. Il faut écouter, en prendre.....et beaucoup en jeter.

Itmama 19/09/2012 17:08






 



A la mere si 16/09/2012 21:15

J'adore ! C'est tellement vrai... et je pense qu'on a toutes vécu les choses de cette manière, avec des principes qui se sont envolés en même temps que nos enfants sont arrivés. Dis moi, je prépare
un billet récap sur les bébés de la blogo 2012 : Peux-tu me dire à quelle date est né babycadet? Merci !

Itmama 16/09/2012 22:59



Merci !


Super idée de billet récap des bébé 2012 !


Mon BabyCadet est né le 15 février... Ca passe trop vite, déjà 7 mois.