Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tu lui cèdes vraiment trop !

J’en ai marre d’entendre ça ! Je te promets, ça me gave !

Il y a plusieurs variantes :

"Faut pas céder !"

"Tu ne devrais pas lui céder !"

"Arrête de lui céder !"

"Il doit obéir, ne lui cède pas !"

(Tu peux compléter en commentaire si tu en as d’autres de ce style à me présenter)

Parce que c’est bien connu, un enfant doit plier et obéir à ses parents. Parents qui devront utiliser chantages, menaces et autres punitions pour faire plier l’enfant, surtout si les dit parents se retrouvent en société face aux regards insistant des générations qui ont déjà des enfants presque adulte ou face à ceux qui n’ont pas encore d’enfant  ( il y a aussi ceux qui ont des gosses qui obéissent et qui vont lever les yeux aux ciels, parce que vraiment ces choix pour une éducation différente c’est vraiment n’importe quoi – mais là ça vaudrait un autre article !).

 

 

Mise en situation :

Tu es invitée à l’apéro. Il y a des vieux, des jeunes, des gentils et des moins gentils.

L’apéro s’éternise pendant que ton enfant commence à avoir vraiment faim. Toi, pendant ce temps, tu tentes désespérément qu’il ne se gave pas de chips, toasts et autre sauciflard ramener du marché. Tu sais qu’il a faim, vu comme il se transforme en animal sauvage. Tu connais ton enfant. Tu sais que le besoin non comblé (surtout celui-là) le fait ressembler à un affamé qui peut vite, très vite perdre patience.

Alors tu tentes : le petit pot de petits gâteaux, le bout de pain, mais aussi de lui cacher la bouteille de coca…

Quand enfin, le jardin, juste derrière, lui semble plus intéressant que les chips vinaigre échalotte qui trainent au fond des pots entre ton rosé chaud et le Ricard du papa !

Ouf !

 

Tu remets la scène ?

Mais si, cet instant (3 minutes 47 pour être plus exacte) où après avoir eu l’œil et l’oreille partout, tu penses que tu vas enfin pouvoir profiter de ton apéro…

 

 

C’était sans compter sur les braises du barbeuc qui sont prêtes…

Tu n’as pas fini ton verre… Mais il faut que tu rattrapes ton gosse pour qu’il passe à table.

Inspiration profonde. Expiration lente.

Go !

 

 

Là, à chacun de faire comme il le souhaite.

De mon côté, je m’arrange à attendre le prochain passage en trottinette pour lui dire de passer à table ; mais bien souvent, l’enfant trop fatigué et qui a comblé son besoin ( la faim) par du grignotage intempestif en fin d’apéro, ne voudra plus manger. Il n’aura donc plus envie de passer à table.

Pourtant, il voulait en manger des saucisses ! Il adore ça !

 

C’est là que les regards se posent sur toi. Tu les sens lourds de jugements. Tu as presque honte. Tu te sens incapable, presque humiliée par l’enfant qui passe à fond les ballons sur sa trottinette à cote toi !

Les soupirs des autres… Et la phrases de trop :

« Tu lui cède trop… Il est l’heure de passer à table, un point c’est tout ! »

Ça me donne comme une envie de… Non, non, non, je ne dirai pas ce que la personne qui vient de balancer cette phrase aurait pu se prendre en pleine poire si le verre de rosé ne m’avait pas adouci…

 

Dans ces cas-là, je pars au fond du jardin seule sans crier, sans appeler. L’enfant va suivre (je ne sais pas pourquoi, ça doit être la même théorie que quand tu tentes d’aller aux toilettes SEULE). Là, en tête à tête loin des autres, je lui dis qu’on passe à table. Ce dernier me répond

« Je suis trop énervé, je fais un dernier tour de trottinette pour me calmer et j’arrive »

« Ok, fils ! »

 

Entre temps, le « tu lui cèdes trop » m’a effleuré le tympan de nouveau.

Calmement, je précise que je préfère que mon enfant aille gérer ce qu’il ressent plutôt que de passer à table, là maintenant, parce qu’on la décidé, et qu’il ne tienne pas en place.

Et effectivement, mon fils a fait un tour de trottinette. Il l’a posé et il est venu s’assoir, manger la salade composée en entrée et une demi saucisse avant de repartir jouer.

Il n’est pas resté tout le long du repas mais franchement, c’est déjà gavant pour nous alors quand tu as 5 ans et une dose de patience qui équivaut à un grain de riz ?!?

 

Mon enfant, je ne lui cède pas. Non. Je le considère.

Je considère ses besoins et ses envies. Je n’attends pas de lui qu’il m’obéisse tout comme je n’attends pas ça de mon voisin ou de ma collègue et encore moins de mon mari !

Je respecte mon enfant pour qu’il apprenne à se respecter et à respecter les autres. C’est important pour moi. Beaucoup plus important que d’avoir un enfant qui obéit sans réfléchir parce qu’il a peur.

Le but étant que tout le monde soit gagnant et qu’il n’y ait pas de conflit inutile. Perso, je n’aime pas qu’on m’oblige, ni qu’on m’impose ou qu’on m’ordonne. Pire, je déteste qu’on m’oblige à lâcher une activité pour faire quelques chose dont je n’ai pas envie ! Pourquoi je l’imposerai à mes enfants ?

Quant à l’excuse « mais plus tard comment ils feront ? Il y a des règles en société qu’il faut appliquer ! » Bah écoute, je fais en sorte qu’ils comprennent avant d’agir, c’est surtout ça que je souhaite pour eux. Hors l’obéissance par l’obligation est pour moi un non-sens quant à l’émancipation et la réflexion de chacun.

 

Alors oui, ils n’obéissent pas au doigt et à l’œil !

Oui, ils sont un peu trop libres pour certains !

Mais qu’est que leur autonomie nous facilite la vie !

 

Ce ne sont que des enfants en apprentissage. Quand on apprend, il est nécessaire qu’il y ait des ratés pour mieux apprendre…

Et si on acceptait de voir l’éducation comme un parcours et non pas comme un résultat immédiat ? On culpabiliserait beaucoup moins...

 

J’ai cédé. Oui mais au lâcher prise…

Tu lui cèdes vraiment trop !
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marie

Maman de trois enfants {I. 6 ans, M. 3 ans, E. 18 mois } passionnée par l'éducation positive et respectueuse, je partage ici mon quotidien de bretonne sur le chemin de la non violence éducative. Vous y trouverez aussi tous plein de petits bonheurs, mes coups de cœur et tout ce qui ponctue mon quot
Voir le profil de Marie sur le portail Overblog

Commenter cet article

Elisabeth maman de Roxane 9 ans et Lisa 5 ans 11/07/2017 22:46

Bravo en tout cas c'est ce que je travaille actuellement avec mes deux filles et plus je recois de remarques et de commentaires désobligeants pus ca me donne envie d en faire qu à ma tete et de continuer ainsi, car au fond je sais que l éducation positive est c est ce qui est mieux pour mes fille et moi

Sarah 11/07/2017 21:03

Mais je dis OUI !
Je t'admire Marie et j'espère avoir moi aussi la patience et le courage de céder au lâcher prise