Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

9 mois...

Neuf mois... Ça peut paraître si long mais tellement court à la fois.

 

Tu auras passé neuf mois tout pile au fond de mon ventre.

Neuf mois où j'espérai t'épargner, un peu, de ce monde de fou où tout va si vite. J'ai profiter de chaque instant de ces neufs mois, de chaque vague que faisait mon ventre, de chaque petit coup de pied, de chaque petit truc qui me faisait devenir chamalow...

 

Durant ces neufs mois, on a préparé notre rencontre.

Ça m'était très important de choisir la façon dont on se rencontrerait. J'ai choisi de t'offrir une naissance à la maison. C'était un pari un peu fou avec mes antécédents de césarienne, mais en même temps, je suis un peu folle !

Oh oui ! Je suis une maman tellement folle d'amour pour vous trois que je vous décrocherai la lune, les étoiles et toute cette belle galaxie qu'on regarde le soir pendant notre tétée du dodo !

 

Tu as choisi ton moment.

On ne t'a pas précipité, on ne t'a pas demandé de sortir vite. Tu as pris ton temps tout en étant rapide.

Déjà du tout toi !

Cette naissance fut aussi intense que toi ! Elle m'a fait peur, elle m'a déstabilisé, juste un court instant ; il faut dire que je ne m'attendais pas du tout à ça ! Je n'oublierais jamais ces quelques heures où je n'étais que mère, que ta mère à toi mon troisième enfant.

Passé l'intensité du début de travail, tout s'est apaisé. Pour moi, cette heure et demi fut la plus belle de ma vie. Te sentir évoluer au creux de moi, te sentir venir à la vie... c'était fou ! J'étais avec toi, j'étais en moi, j'étais là pour t'accompagner dans cette bulle de nous au cœur de chez nous ! Je me suis endormi en te caressant, je crois que tu as fait de même. Puis d'un coup, tout s'est intensifié ! Je n'ai jamais ressenti autant de confiance, je ne me suis jamais senti aussi forte de toute ma vie ! Tu m'a fait ressentir que c'était le moment, je t'ai poussé vers la vie. Trois fois, trois poussées et je t'attrapais. Je t'ai mis contre mon cœur immédiatement pour que tu n'aies pas peur. Je t'ai dit quelques mots, je t'ai dit que tu étais beau...

Tu sentais bon le beurre, tu étais tout chaud, tu étais plein de moi.

 

 

Puis tu as pleuré.

Pleuré, pleuré, pleuré.

Chose assez inhabituelle pour une bébé maison.

 

 

Depuis, il ne s'est pas passé une journée sans que tu pleures...

Ça m'arrache les tripes.

Ça pourrait même me tuer tellement ça me vide de toute énergie.

 

Il parait que tu es exigent, que je t'écoute trop. Tu pourrais même passer pour un capricieux mais je te promets que je ne les écoute pas.

Je t'ai su intense dès les premiers mois de la grossesse.

C'est bizarre mais pour chacun des enfants que j'ai porté, j'ai eu ce ressenti de caractère. Toi, mon PetitPoisson, je te sentais comme ta grande sœur, intense en tout ! Ce n'est certainement pas un hasard si aujourd'hui vous entretenez une relation des plus fusionnelle tous les deux !

 

 

 

Cela fait neuf mois tout pile que tu es avec nous.

 

Je ne les ai pas vu passer... Ça me fout les boules !

 

 

J'ai beau être là pour répondre à chacun de tes besoins, le quotidiens m'absorbe tellement que j'ai le sentiment d'avoir tout loupé avec toi, de ne jamais profiter assez...

Et puis, tu vas trop vite !

Ça devrait être interdit de grandir si vite !

 

Tu ne tenais encore ta tête que déjà tu battais des bras comme pour suivre ton frère et ta sœur.

Puis tu as voulu qu'on te mette assis alors j'ai dit adieu à mes envies de motricité libre...

Puis tu as voulu les suivre à quat'pat' sauf que tes petits bras de 5 mois avaient du mal à porter ton corps de bébé potelé...

Frustration.

Ah, celle-là, tu ne l'aimes pas ! Oh ça non ! Alors tu t'acharnes, tu t'énerves, et tu pleures, tu hurles à t'en décrocher les poumons...

Pourtant je suis là, je fais mon possible pour t'aider à être ce grand que tu voudrais être.

Alors je pleure... Je crois que ça fait neuf mois que je pleure.

 

Je ne me voile plus la face. Je suis la maman d'un BABI qui coule doucement vers le burn out... C'est difficile d'avoir un BABI mais encore plus quand il y a deux enfants à peine plus grands juste au dessus. Et si on rajoute cette splendide idée de réforme scolaire qui me fait courir en permanence... Et bien ça me fait un BABI qui ne dort pas assez (je te laisse imaginer un BABI fatigué...).

 

 

Mais tu ne fais pas que pleurer ! Oh ça non !

 

 

Tu ris aussi excessivement que tu pleures.

Tu éclates de rire pour un "prrrrrrtt" ou un guili. Tu te marres aux éclats quand je fais semblant de tomber (tu adores quand je fais le clown !).

 

 

C'est fou comme un éclat de rire peut faire oublier huit mois de pleures !

 

 

Et tu es le bébé le plus sociable que je n'ai jamais rencontré !

Tu es perpétuellement en recherche de contact, tu m'impressionnes !

Et puis tu communiques, beaucoup.

Tu as commencé par dire non avec ta tête dès 5 mois, ça m'a bluffé ! Tu fais "non" quand tu n'es pas d'accord, "non" quand tu ne veux pas aller dans ta chaise, non quand je chante...(oui, je chante comme une casserole)

Pour tes neufs mois, on se souviendra que tu as parlé pour de vrai pour la première fois. J'ai fondu quand tu as tiré sur mon pantalon en me disant "Mama Teïteï, Mamam Teïteï"

 

Tu charmes, aussi. Tout le monde pourvu que tu sois dans mes bras. Et même que certains chanceux ont le droit à tes doux câlins qui feraient fondre même le gros monstre de la Reine des Neiges.

 

 

En fait, tu es le bébé le plus cool de la terre entière des princesses pourvu que tu sois dans les bras de ta maman !

 

 

Pour tes 8 mois, tu as réussi à te déplacer à quat'pat'.

15 jours plus tard, tu te promenais debout accroché aux meubles.

Et aujourd'hui, tu te balades en "pouf-déambulateur" dans toute la maison...

 

 

Tu grandis si vite ! Ça devrait vraiment être interdit de grandir aussi vite...

 

 

Tu as eu 9 mois.

Neuf mois dedans, neuf mois dehors...

Ca m'a donné de cafard de te voir déjà si grand en si peu de temps. Mais il faut bien que tu grandisses.

Et puis, ça me rassure de te voir si confiant pour attaquer ta découverte du monde. Je me rends compte que ces 8 mois, où tu n'as pratiquement connu que nos bras, t'étaient nécessaire pour remplir ton réservoir émotionnel. Tu me sembles déjà bien fort et confiant. Enfin, tu as surtout une confiance folle en ta maman.

 

Neuf mois qui sont passés si vite...

9 mois...

Rendez-vous sur Hellocoton !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Kimie 26/01/2015 22:42

Pffiou, ça fait bizarre ces 9 mois dedans, 9 mois dehors. Un petit peu comme si maintenant, ils sont assez grands pour voler de leurs propres ailes, puisqu'ils ont "survécu" plus longtemps à l'extérieur dans ce vaste monde que bien au chaud à l'intérieur de nous... J'attends de voir son 1er anniversaire, dans 2 mois et demi, je sens que ça va me faire encore plus bizarre !