Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Juste avant...

Juste avant...

Nous étions à la cheminée. Tout les deux là, mais tout les deux un peu absents. Trop de choses occupaient notre esprit à ce moment là. Tellement de choses, tout et son contraire, tout et n'importe quoi... Mais surtout, nous espérions, en silence, un accouchement sans problème.

Nous avons échangé sur cette naissance que nous attendions depuis neuf mois moins un jour. Je lui ai parlé de ces toutes petites choses dont je rêvais : des bougies partout, la nuit, la pluie, le feu dans la cheminée, le chant des oiseaux, une naissance qui se ferait à l'aube quand les premiers rayons de soleil éclairent ce ciel encore un peu sombre...

On s'est mis à supposer tout en restant positif. Ça me semblait très important de rester positive et de ne pas évoquer un possible transfère en maternité ; je crois que pour lui aussi. Je me revoie encore lui dire " Imagine, j'accouche en 3h !", même si aucun de nous deux ne croyait à un possible accouchement rapide... 

Il avait peur. Moi aussi. 

On ne se l'ait pas dit, enfin si, après coup.

 

 

Il a pris un soin fou pour installer notre cocon.

Des bougies partout, une bonne réserve de bois, un lit d'accouchement parfait.

Il a revu notre installation de l'écharpe à l'escalier, il avait peur que ça ne tienne pendant le travail.

Il terminait le nid que j'avais commencée durant ce mois qui venait de s'écouler. Il fignolait, ça le rassurait.

Il a remarqué la pluie, la nuit...

Il m'a fait des crêpes. Des crêpes, quoi ! Mon amoureux...

On a rit beaucoup, comme toute ces fois où le stress a pu nous envahir juste avant un truc important pour notre couple.

 

Ses mots, son attitude, sa certitude et toutes ses petites attentions m'ont rassurée.

J'étais prête. 

Il était prêt.

Nous étions dans notre bulle, seuls au monde à attendre une vie, cette petite vie qui est venu de nous deux.

 

J'ai alors repris la lecture de ce livre que je connaissais par cœur.

"Et si j'accouchais à la maison ?" de Nathalie JOUAT

J'en étais à la page 118... "La Deuxième phase : le travail actif".

 

"Chez vous, entourée de votre conjoint, et de la sage-femme et au calme, vous ne risquez pas d'intrusion extérieur, vous ne subirez pas de pression. {...} Laissez-vous être vulnérable et autorisez vous le lâcher-prise ce jour là ! Souvenez-vous aussi de cet ancien adage, particulièrement valable pour celles qui on vécu un accouchement satisfaisant "Le mal joli, dès qu'il est passé on en rit !". Si vous avez rencontré de jeunes mamans, certaines d'entre elles vous ont probablement dit que l'accouchement était le plus beau jour de leur vie (c'est ce que je vous dirais si nous venons à nous rencontrer). Pensez-vous qu'elles sont des menteuses, qu'elles exagèrent ? Non, elles ont oublié ! La douleur est une composante du présent, c'est ce que votre corps vit à ce moment là, mais l'esprit, lui, ne se souvient que de l'effet de ces fameuses endorphines, de l'incroyable exploit que vous avez réalisé. Vous avez mis au monde votre enfant naturellement et avec courage, c'est tout ce qui restera de ce jour dans votre mémoire auréolée de bonheur et du souvenir de la première rencontre avec votre bébé."

 

J'ai refermé ce livre après avoir lu ce paragraphe à cheval sur les pages 122 et 123.

Nathalie, tes mots ont fini de me rassurer.

 

 

Je me suis endormie... Juste avant.

 

 

Ce fut intense, rapide, et puissant.

Ce fut comme dans un rêve.

Il y avait tout : La nuit, la pluie, les bougies, le feu et même le chant des oiseux alors que le soleil se levait. 

Un nouveau jour, pour une nouvelle vie...

C'était parfait.

 

(Pour le récit de mon aad, c'est par là)

 

 

 

 

Juste avant...
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Marie

Maman de trois enfants {I. 6 ans, M. 3 ans, E. 18 mois } passionnée par l'éducation positive et respectueuse, je partage ici mon quotidien de bretonne sur le chemin de la non violence éducative. Vous y trouverez aussi tous plein de petits bonheurs, mes coups de cœur et tout ce qui ponctue mon quot
Voir le profil de Marie sur le portail Overblog

Commenter cet article