Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Grandir

 

Ça se répète... Toutes les trois semaines, tous les trois mois, tous les trois ans.

Il parait que ça marche comme la règle de trois !

 

 

Je crois que la maman a aussi sa période de pointe au troisième enfant.

 

 

Un trop plein de demandes pour un corps et un cœur à plat...

Un craquage...

 

Et un remplissage du réservoir émotionnel de la petite fille de trente ans par un papa quinca qui dit "je t'aime", de grosse marade entre sisters, une maman qui accueille toujours et un mari presque trop parfait... Sans oublier trois petits amours qui entendent mes maux ; trois petits amours qui sont comme une caresse, un câlin qui réconforte.

 

 

Ma période de pointe est arrivée en même temps que la leur, à eux trois.

L'Aînée avait besoin d’être rassurée, d'être comblée d'amour. Elle avait besoin de savoir ses parents assez solides avant de s'appuyer sur eux pour le grand bon en avant qu'elle allait faire...

BabyCadet voulait encore être un tout petit bébé encore un tout petit peu de temps... Juste le temps de se rassurer et de savoir que même en grandissant il resterait mon bébé d'amour...

PetitPoisson s'est accroché à mes bras, mes seins, et mon cœur. Il a pris son nécessaire d'amour, de lait et de bisous avant de nous faire découvrir ce petit être sociable qui se cachait derrière les pleurs...

 

Et moi, j''étais vide.

 

Je ne pouvais accueillir, je ne pouvais donner.

 

J'étais dans cette situation qui me faisait tant peur.

 

 

J'étais dépassée.

 

 

Je me retrouvais à devoir combler les besoins émotionnels de mes trois enfants alors que mes propres réservoirs s'étaient vidés aux fils des nuits trop courtes et des pleurs incessants.

Et toujours ce fantôme de la mère parfaite qui rodait, me faisant croire qu'un retard de linge rattrapé était plus important qu'une bataille de doudou...

 

 

J'ai coulé...

 

J'ai cru manqué d'air.

 

J'ai cru me noyer dans cette nouvelle vie à cinq qui reléguait mes besoins vitaux très loin derrière...

 

J'ai touché le fond.

 

J'ai pris appuie...

Et je me suis envolée loin, très loin de toutes ces pensées négatives qui nous entraînent au coeur d'une tornades émotionnelle.

 

J'ai grandit.

 

Je suis devenue la maman de trois enfants.

 

 

Je crois qu'ils n'attendaient que ça pour grandir : avoir une GRANDE maman solide !

 

Notre période de pointe aura duré 15 jours.

C'est long 15 jours ! Mais ils nous étaient nécessaire...

 

En quelques jours, l'Aînée a fait un pas de géant dans sa prise d'autonomie, BabyCadet a éclot (il parle ! Mon petit garçon parle et chacune de ses phrases m'inondent d'une joie immense) et PetitPoisson excelle dans le déplacement du rampant tout en commençant à dévorer des solides.

 

 

Je te laisse imaginer les aspirateurs de confiance qu'ils ont pu être les quinze jours précédents....

 

 

Tout s'est apaisé.

 

 

Mois aussi...

 

 

J'ai, enfin, trouvé un semblant d'organisation où il m'était primordiale d’insérer de l'auto-bichonnage.

J'ai presque réussi à lâcher prise comme avant que l'on passe à cinq.

J'ai dormi.

J'ai ri !

Mais j'ai ri !!!

 

 

Puis hier soir, ma princesse m'a enlacée et de son sourire radieux sont sortis ces mots :

"Ça y est, ton mal de maman est guéri parce que tu rigoles et parce que tu souris. J'aime trop quand tu souris comme ça pour de vrai ! Tu vois, des fois, il faut pleurer. Ça fait du bien de pleurer et puis ta colère avait besoin de sortir."

Je me suis excusé de tout ces cris...

Alors, elle m'a enlacé et m'a dit "je t'aime ma meilleure maman du monde"

*****

 

PS : Et se dire que notre travail permanent pour une éducation différente n'est pas vain

Rendez-vous sur Hellocoton !

Grandir

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article